Créer du contenu, recevoir des tonnes d’informations par jour, lutter contre toutes les injonctions, vouloir tenir son propre rythme tout en suivant au final un rythme dicté par l’algorithme. Ces états, je les connais bien. Depuis maintenant plusieurs années, je vis ces moments de forte inspiration et de perte de motivation. Néanmoins, avec l’expérience, je gère mieux ces secousses pour limiter cette fatigue digitale autour de ma communication.

Dans cet article, j’avais envie de te donner mon point de vue. Mais aussi t’expliquer comment je m’y prends au quotidien pour conserver mon inspiration ou bien la retrouver plus facilement en cas de chute. Je te donne aussi des outils à privilégier pour simplifier ta création de contenu. Des astuces concrètes à mettre en application facilement, voilà ce que te réserve cet article. Bonne lecture !

Dédramatiser la fatigue digitale

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens fortement à écrire ce passage. Nous avons toutes le droit de connaître à un moment cette fatigue digitale. L’épuisement mental (et physique) peut se produire. Et il est conseillé de le laisser passer.

Nous ne sommes pas des machines. Nous avons le droit de dire stop à n’importe quelle plateforme de communication digitale. De ralentir le rythme. D’aller à notre rythme. Et de prendre le temps de le trouver.

Cette fatigue, elle se fait sentir de plusieurs façons :

  • un manque d’idées pour créer du contenu
  • une procrastination intense lorsqu’il faut s’y mettre
  • plus généralement, une perte d’envie et de motivation

Si tu es dans cette situation, autorise-toi à faire une pause, à faire le vide et à ralentir. Parfois, tu vas avoir besoin simplement de quelques jours sans activité. Parfois, quelques semaines. Dans toutes les situations, c’est aussi par le vide que nous stimulons notre inspiration. Notre cerveau réagit positivement au vide. Il nous permet d’y voir plus clair. Et d’avoir à nouveau de l’espace pour se concentrer sur l’essentiel. Maintenant que cela est posé, nous pouvons passer à la suite de cet article.

Adopter des outils pour limiter sa perte d’inspiration

J’entreprends depuis 2017. Et je suis maman depuis 2020. La fatigue, le manque de temps pour ma propre entreprise, le changement de rythme et la charge mentale rendent difficile la gestion de ma propre communication et donc la création de contenu.

J’ai traversé depuis des périodes de fortes stimulations sans réussir à tenir le rythme. Petit à petit, j’ai compris comment faire, non pas pour ne plus jamais perdre l’inspiration (ça c’est pour les machines comme Chat GPT), mais plutôt comment remonter plus facilement le pente après un épisode de fatigue digitale.

La première chose qui m’aide : avoir un support sur lequel je peux TOUTE ma création de contenu retrouver rapidement et simplement. J’ai longtemps cherché un outil pratique pour noter et organiser mon cerveau. J’ai trouvé Notion.

Pour certaines, cet outil est complexe à utiliser et je le comprends parfaitement. Je cherchais depuis plusieurs mois un template simple pour organiser toute ma création de contenu. Je n’ai pas trouvé. Toujours trop de formules, de sous-pages, etc. Alors je l’ai construit. J’y retrouve plusieurs éléments sur 1 seule vue avec ce Template notion :

  • La boîte à idées : elle me permet de noter dès qu’une idée arrive dans mon cerveau celle-ci dans la bonne catégorie pour ne pas l’oublier.
  • Le calendrier de contenu : tous mes contenus sont ici dès qu’ils sont prévus à une date précise : articles de blog, newsletters, posts IG.
  • Les stratégies et mes analyses : j’ajoute mes lignes éditoriales, la stratégie de contenu, la stratégie de hashtags et les analyses de mes actions autour de ma communication digitale. Tout est là, accessible en 1 clic.
  • Les contenus à recycler : dès qu’un contenu est programmé, il vient se placer dans cette partie et se supprimer de ma boîte à idées.

Cette organisation me permet d’avoir une vue pratique de ce que je fais et de pourquoi je le fais. Mais surtout, il est très utile quand je sens la motivation filer. Je cherche moins à réfléchir dans cette situation. Je n’ai pas à me creuser le cerveau pour de nouvelles idées. Je mets simplement en forme celles qui se trouvent dans la boîte à idées.

Quitter les écrans pour s’inspirer ailleurs

Dans les choses qui m’aident au quotidien, il y a bien celle-ci. Apprendre à reprendre le temps d’être avant de faire. Arrêter de toujours vouloir courir après les “il faut”. Avoir du temps pour ce qui nous remplit, ce qui nous tient à coeur et ce qui nous nourrit.

Toutes ces choses sont différentes chez chacune d’entre nous. De mon côté, j’ai recommencé à peindre et à dessiner. Des petits rituels où je ferme totalement les écrans. J’ai aussi repris la lecture. Parfois des livres business, parfois des romans. En tout cas, pas d’écran. Je mets aussi souvent les mains dans la terre au potager. Et j’ai repris le sport régulièrement.

Ces petits riens ont une grande importance dans notre quotidien. Ils nous équilibrent. Notre tête fait du vide. Elle tri pour conserver l’essentiel. Et ça a une grande importance dans notre capacité à recharger notre inspiration.

Alors, aujourd’hui, si je peux te donner un conseil : ferme le clapet de ton ordinateur et pars à la recherche de ce qui te nourrit, ailleurs que dernière ton écran.

Remplir sa boîte à idées régulièrement

Je t’en parlais un peu plus haut de cette boîte à idées. Elle est idéale pour noter toutes tes inspirations justement. Parfois, elles arrivent à des moments où il est difficile de noter : sous la douche, au moment de dormir, au volant, etc.

Je trouve qu’avec Notion sur le téléphone, je peux facilement l’attraper pour noter pour idée. En tout cas, j’y arrive mieux que sur un carnet ou un autre support digital.

Ces nouvelles idées t’aident au quotidien à remplir ta fameuse boîte. Mais tu ne dois pas compter que sur les inspirations qui “pop” parfois dans ton cerveau. Tu dois aussi leur créer un petit espace, un rendez-vous à honorer une fois dans la semaine pendant lequel tu fais le point sur les choses dont tu aimerais parler. Plus simplement, tu prends le temps d’alimenter régulièrement ta boîte à idées. Cela te permet d’avoir une réserve pour limiter les pannes d’inspiration et sortir plus rapidement d’une période où la fatigue digitale arrive !

Je te conseille d’avoir aussi des sujets de réserve à idées. Ces sujets ne sont pas là par hasard. Ils te facilitent ta création de contenu. Ils sont tes socles. Je t’en donne deux :

  • Ta cible
  • Ton histoire

👉Ta cible : elle doit être ta source d’inspiration. Ici, je te conseille de créer un document où tu peux préciser les mots souvent employés par ta cible, son état d’esprit, ses difficultés, ses peurs. Tous ces éléments t’aident à mieux la connaître pour créer un contenu de qualité. Et c’est ici que tu peux aller trouver de nouvelles idées facilement. C’est ici que tu peux noter des éléments importants après une séance avec l’un de tes clients ou lors d’un rendez-vous découverte.

👉Ton histoire : cette réserve d’inspiration est la plus facile à retracer, pas forcément à publier (il est plus compliqué de parler de soi…). Tu peux prendre le temps de répondre à certaines questions :

  • Pourquoi es-tu là aujourd’hui ?
  • Pourquoi exerces-tu ce métier ?
  • Quel est ton parcours ? Quel sont tes échecs ? Etc.

Ces contenus suscitent toujours des réactions (de l’engagement sur les réseaux sociaux). Ils sont des idées pertinentes pour ta création de contenu parce qu’ils permettent à ton audience de mieux te connaître et d’inspirer confiance.

Prendre de la hauteur grâce à la stratégie de contenu

Pour éviter de rester trop longtemps dans le creux de la vague lors d’une période de fatigue digitale, il te faut un fil conducteur. J’entends un fil stable sur lequel t’appuyer quand tu sens que la fatigue reprend ses droits. Quelque chose qui te permet de moins réfléchir et de te mettre en action. Globalement, d’avoir un plan d’action à suivre.

C’est tout l’idée d’une stratégie de contenus. Elle se revoit régulièrement pour suivre tes envies, les besoins de ton activité et celle de ta cible. Mais généralement, les fondations restent assez similaires. Un gros travail à abattre une fois. Et elle te permet de gagner du temps au fur et à mesure.

Elle te permet aussi de relire facilement le pourquoi du comment pour retrouver du sens dans ta communication. Par exemple, dans ta stratégie de contenus tu sais pourquoi tu communiques sur Instagram et pourquoi tu actives un blog à l’année.

Par contre, tu peux faire le choix de moduler ta fréquence et/ou les formats que tu utiles. Généralement, je découpe ma stratégie de contenu en lignes éditoriales pour avoir une trame propre à chaque support de communication.

Par exemple, dernièrement, j’ai eu envie de passer plus de temps sur mes contenus long (= mes articles de blog) et moins sur mes contenus courts (= mes posts Instagram). Pour gagner du temps (et de l’inspiration), je fais le choix de passer de 3 publications sur Instagram à 2 par semaine, de reprendre mon blog avec 2 articles par mois et de découper ces articles dans des sujets de posts sur Instagram.

Ta stratégie de contenu doit donc te permettre d’avoir des supports de communication qui se répondent pour gagner du temps, conserver plus facilement ta motivation et simplifier tes nouvelles idées. Dans le même sens, elle doit t’indiquer comment tu recycles tes contenus, toujours pour gagner du temps au moment de ta création.