Réduisons notre empreinte carbone numérique par des gestes simples


Conseils freelance / mardi, février 19th, 2019

Travailler derrière son écran d’ordinateur toute la journée ne donne pas, à première vue, l’impression de polluer l’atmosphère. Et pourtant les recherches sur Google et l’utilisation d’une boîte mail sont directement des sources de consommation forte d’énergie.

Pour prendre un exemple concret, 2% aujourd’hui des émissions mondiales de carbone proviennent directement de l’usage du numérique. Il faut donc être conscient que l’activité digitale engendre une certaine pollution pour notre planète.

Cependant, cet article n’a pas pour but de culpabiliser les utilisateurs, mais plutôt de trouver des solutions pour diminuer l’empreinte carbone numérique avec des gestes simples et à la portée de tous. Devenons ensemble des internautes éco-responsables.

La boîte mail : faisons du tri !

La boîte mail est l’outil numérique indispensable pour communiquer de manière professionnelle ou personnelle.

Cependant, si elle est un lieu d’échange important dans une vie quotidienne, elle est aussi un lieu de stockage à de multiples mails sans intérêt (newsletters, SPAM, publicité).

Ce stockage coûte beaucoup d’énergie. Concrètement, lorsque vous supprimez 30 e-mails, vous économisez l’équivalent de la consommation d’une ampoule électrique allumée dans la journée !

Toutes ces informations sont stockées dans des Datas centers immenses qui nécessitent énormément d’énergie pour fonctionner, mais aussi pour être refroidis. Au total, ils représentent une grande famille, puisqu’ils sont 45 milliards dans le monde !

Nettoyer sa boîte mail : comment procéder ?

La première chose à faire : trier.

Pour alléger votre empreinte carbone numérique, la première chose à faire est donc de supprimer les mails inutiles de votre boîte de réception.

Conseil : utilisez CleanFox pour supprimer rapidement vos mails obsolètes et vous désabonner des newsletters inutiles.

Cette action est valable pour tous :

  • particuliers,
  • entrepreneurs,
  • salariés.

Pour être totalement efficace, il faut penser à vider régulièrement votre corbeille d’ordinateur !

Envoyer des e-mails et réduire son empreinte carbone numérique

Transférer des informations coûte de l’énergie. Un e-mail standard rejette 10g de CO2 dans l’atmosphère. On a tendance à se dire, 10g ; c’est quoi ?! Et bien, c’est une sacrée tartine lorsque la moyenne du nombre d’e-mails envoyés par jour par un salarié classique est calculée : 33 !

Alors comment procéder pour envoyer de manière plus écologique ses e-mails. Voici les conseils pour diminuer votre pollution digitale, dans la mesure du possible, lors de vos échanges numériques :

  • Créez des e-mails plus légers : diminuez vos pièces jointes et compressez-les !
  • Évitez les pièces jointes. Il vaut mieux ajouter le lien lorsque celle-ci est visible en ligne.
  • Optez pour un transfert par clé USB lorsque cela est possible plutôt qu’un échange de pièces jointes par e-mail.
  • Évitez d’ajouter plusieurs destinataires lorsque cela est inutile. En effet, votre impact est multiplié à chaque destinataire supplémentaire !
  • Diminuez le poids de vos signatures en supprimant les images ou les logos.

Conseil : ajoutez un anti-spam pour éviter de recevoir des tonnes de mails à ne pas ouvrir. Vous éliminez alors une bonne dose de mails indésirables à recevoir par jour.

La diffusion de l’information s’effectue aussi directement sur le web, lorsque l’internaute tape une recherche et se dirige vers un site en particulier. Comment diminuer son empreinte carbone numérique lors de ses recherches sur le net ?

Les moteurs de recherche : réduisons notre empreinte carbone numérique

Google émet 7g de CO2 lors d’une recherche par un internaute !

C’est toujours la même chose, à une petite échelle 7g ne représente pas grand chose. Seulement, Google reçoit chaque jour plus de 5,5 milliards de requêtes. La multiplication devient tout de suite beaucoup plus percutante !

Ici encore, il faut remonter aux data centers pour trouver la cause de cette dépense d’énergie.

En effet, lors d’une recherche, plusieurs étapes sont mises en place :

  1. La recherche est transmise à un data center de Google
  2. La page d’accueil de Google apparaît grâce au data center pour que l’internaute réalise sa recherche
  3. L’internaute tape ses mots-clés
  4. Les mots-clés sont envoyés à nouveau à un data center pour récupérer les données correspondantes
  5. L’internaute est dirigé vers une page de résultat et il clique sur le site qui l’intéresse
  6. L’information est transmise au data center qui héberge le site en question
  7. L’internaute est envoyé vers la page du site correspondant.

Cette longue liste d’interaction est très énergivore puisqu’elle nécessite l’intervention de nombreux centres de stockage de données. Les fameux data centers !

Comment diminuer son empreinte carbone sur Google ?

Vous souhaitez avoir une activité numérique plus responsable, alors commencez par :

  • Créer une liste de favoris pour ne pas avoir à taper le site dans la barre de recherche
  • Taper l’URL du site dans la barre de recherche, si vous le connaissez pour ne pas passer par les résultats de recherche. Vous divisez l’émission de gaz à effet de serre par 4 !
  • Si vous devez effectuer une recherche sur Google, insérer des mots-clés précis et sans faute pour tomber du premier coup sur votre site ou votre information.
  • Bloquer les publicités avec des installations simples comme Adblock.

Ces gestes sont simples à adopter. Ils ne vous demandent pas plus d’efforts, simplement de mettre en place de nouveaux automatismes simples pour diminuer efficacement votre empreinte carbone numérique.

Choisir des moteurs de recherches alternatifs

Google est évidemment le moteur de recherche incontournable sur la toile. Je l’utilise pour mes statistiques, notamment avec Google Analytics, mais pour toutes mes recherches quotidiennes, j’utilise LILO.

Cette solution est un moteur de recherche alternatif qui finance gratuitement des projets sociaux et environnementaux. Mais alors comment ça marche ?

Concrètement, chaque recherche tapée dans Lilo fait gagner de l’argent au moteur de recherche grâce aux liens commerciaux. L’utilisateur voit alors apparaître une goutte d’eau en haut à droite de son moteur de recherche. Vous pouvez décider ensuite à quel projet vous souhaitez donner vos gouttes d’eau.

Par exemple, je donne régulièrement mes gouttes d’eau à l’association Colibris. Cette dernière se mobilise pour la construction d’une société écologique et humaine. Une alternative utile et écologique pour compenser la dépense d’énergie de vos recherches sur internet. Pensez-y !

Matériel informatique : consommons plus responsable

Les technologies ont aujourd’hui tendance à évoluer très rapidement. Chaque année, un nouveau smartphone plus rapide que le précédent arrive sur le marché. La tendance est plus ou moins similaire sur le marché des ordinateurs.

Pour diminuer votre empreinte carbone numérique, veillez à conserver sur plusieurs années vos outils informatiques. Optimisez régulièrement l’espace de votre ordinateur portable pour qu’il dure plus longtemps. Soignez aussi votre batterie de téléphone afin qu’elle ne vous lâche pas au bout d’un an d’utilisation.

Les composants de nos ordinateurs et téléphones portables sont aussi des très gros polluants. Les constructeurs tentent de faire quelques efforts, mais il reste encore énormément de chemin à parcourir.

Conseil : pour diminuer votre consommation, veillez à éteindre en fin de journée vos appareils numériques (ordinateur et téléphone).

Vous pouvez aussi brancher vos appareils numériques sur des multiprises dotées d’un interrupteur. Pensez ensuite à l’éteindre en fin de journée pour ne pas surconsommer une énergie fantôme.

Ce qu’il faut retenir :

  • Triez et nettoyez régulièrement votre boîte mail
  • Diminuer le poids de vos e-mails envoyés
  • Choisissez des moteurs de recherches alternatifs
  • Vider votre Corbeille
  • Soignez vos appareils informatiques
  • Ajoutez vos sites en favoris et tapez des recherches précises

 

manon-moralesRédactrice web freelance,

Passionnée par l’univers du web et l’écriture, je mêle les deux activités pour obtenir un résultat 2.0. Je vous accompagne sur vos projets pour écrire vos contenus web optimisés : articles de blog, pages de site internet, fiches produits ou encore newsletters.

Make my words logo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.